Swtch

Formule 1 : Grand Prix d’Imola (Émilie-Romagne) 2022

Grand Prix Imola 2022 : Émilie-Romagne
Nous y sommes : la Formule 1 arrive enfin en Europe. Après, Bahreïn, l’Arabie Saoudite et l’Australie, il est l’heure pour les pilotes de poser leurs valises en Italie pour un week-end de course qui s’annonce plus que palpitant ! Place au Grand Prix d’Imola 2022.

GRAND PRIX D'imola (Émilie-Romagne ) 2022 : le tracé et les infos en vrac

Avant la grande campagne européenne de cet été (7 GP entre juillet et septembre), la Formule 1 fait donc son premier arrêt de la saison sur le vieux contient ce week-end. Plus précisément sur l’Autodromo Enzo e Dino Ferrari à Imola, en Italie.

Le circuit mesure un total de 4,909 kilomètres et les pilotes devront donc boucler un total de 63 tours. Le tracé comporte un ensemble de 19 virages et surtout, une seule et unique zone de DRS. La zone de détection se trouve dans le Secteur 3 et le dispositif peut-être déclenché dans la grande ligne droite des stands.

Si le Virage 1 (petit décalage sur la ligne droit de départ) n’est certes pas à négliger, il faudra surtout faire attention au Virage 2 et Virage 3, tant au premier tour que dans les suivants. Un des points forts d’Imola justement, c’est ce nombres de virages à surveiller de près. L’enchaînement rapide du 5 et 6, la grosse épingle du 7, mais surtout l’Acque Minerali (Virage 11, 12 et 13). Ajoutez à cela la Variante Alta, une chicane très punitive (Virage 14 et 15) qui ouvre un Secteur 3 très exigeant et vous obtenez un tracé très complet et engageant.

C’est un Grand Prix que j’aime beaucoup, sans doute par nostalgie. C’est un tracé qui a marqué mon enfance, que ce soit en tant que spectateur ou en tant que joueur sur les différents jeux vidéo F1. La Rivazza (Virage 17 et 18) est un des paysages les plus marquants pour moi, avec cet énorme bac à sable et ces maisons à quelques dizaines de mètres de circuits. Un circuit qui nous promet surtout, sur le papier, un potentiel spectacle de premier choix.

Tracé du GP d'Imola 2022

En parallèle et comme d’habitude voici quelques informations, en vrac, concernant ce GP d’Imola :

– Précédemment connu sous le nom de « Grand Prix de Saint Marin » ce circuit était au calendrier de la F1 de 1981 à 2006, avant de revenir en 2020 sous un nouveau nom (mais avec le même tracé) suite à la pandémie.- C’est donc la 3e édition de ce Grand Prix, sous cette appellation.
– C’est le premier Grand Prix de la saison qui accueille une Course Sprint (voire ci-dessous)

LA COURSE SPRINT : c'est quoi ?

Mis en place en 2021, la Course Sprint fait son retour en 2022, avec quelques changements. Néanmoins et pour ne pas vous perdre, on va reprendre de zéro et ne parler QUE du format qui nous intéresse : celui de cette saison. La Course Sprint arrivera trois fois cette saison : en Autriche, au Brésil et donc dès ce week-end, à Imola.

Première chose à savoir : la séance d’Essais Libres 3 disparait. Les pilotes disputent, dans cet ordre :
– Séance d’Essais Libres 1 (vendredi)
– Séance de qualifications (vendredi)
– Séance d’Essais Libres 2 (samedi)
– Course Sprint (samedi)
– Grand Prix (dimanche)

La séance de qualification disputée le premier jour (format habituel) définit la grille de départ de la Course Sprint. Cette fameuse « course » fait parcourir 100 kilomètres aux pilotes, ce qui fera 21 tours à Imola. Les 8 premiers pilotes reçoivent des points : 8 pour le premier, 7 pour le second etc.

Autre information de taille : l’arrivée de la Course Sprint définit la grille de départ du Grand Prix du dimanche. Pour les pilotes, il faudra choisir entre la sécurité et les risques à prendre, avec le possibilité de perdre beaucoup de place sur la grille du dimanche si la Course Sprint est manquée.

GRAND PRIX D'imola 2022 : les essais libres

Le format des essais libres est donc bien spécial à Imola. Une seule séance avant la qualification et une seconde le lendemain (samedi) avant la course sprint. Et on peut dire que ça a commencé de façon très spéciale.

Vendredi, la pluie est tombée en Italie. Si on a eu peur un premier temps que la FP1 ne se déroule pas du tout, les pilotes ont finalement pu prendre la route. Une piste plus que détrempée qui a vu la majorité des pilotes se faire des frayeurs, alternant entre les pertes de contrôle et sorties de piste. Leclerc, Sainz, Latifi, Albon, Norris, Ocon, Stroll ou encore Magnussen, la liste des assez longue et nombreux pilotes ne sont pas passés loin de l’accident. 

Côté résultats, Leclerc et Sainz réalisent une nouvelle fois une belle performance, juste devant Max Vertsappen. Petite surprise aux 4e et 5e temps avec les présences de Magnussen et Schumacher. Perez, Alonso, Vettel, Tsunoda et Russell complètent le Top 10. Petites inquiétudes côté McLaren avec les 14e et 15e temps, mais surtout côté Hamilton, qui n’obtient que le 18e temps. Néanmoins, il est compliqué de tirer de réelles conclusions de cette FP1 vu les conditions très spéciales.

La deuxième séance d’essais libres (qui s’est donc déroulé entre les qualifs et la course sprint) est assez anecdotique. En effet, les pilotes ont passé plus de temps à mettre leurs pneus en condition et prendre leurs marques (sur piste sèche), qu’à réaliser de vrais temps. Ainsi, les Mercedes réalisent une très belle séance (Russell 1er et Hamilton 4e) qui n’est pas spécialement révélatrice. Perez (2e), Leclerc (3e), Sainz (6e) et Verstappen (7e) assurent le minimum syndical. A savoir cependant que Ricciardo et Bottas n’ont pas pris la piste du tout pour des problèmes mécaniques et que Norris n’a pu faire qu’un seul tour, pas vraiment concluant.

GRAND PRIX D'imola 2022 : les qualifications

Les pilotes sont donc lâchés en séance de qualifications après une seule et unique séance d’essais libres, dans des conditions spéciales. Autant vous dire qu’on est parti sur les mêmes bases !

Quelques minutes après le début de la Q1, le frein arrière droit d’Albon explose purement et simplement, provoquant un premier drapeau rouge. La suite et fin de Q1 ne verra plus d’incidents, mais quelques surprises côté performance. Les deux Alpha Tauri sont déjà éliminées (Tsunoda 16e – Gasly 17e) et Ocon connait un problème mécanique, le relayant au 19e temps. Latifi (15e) et Albon (20e) complètent les sortants.

La Q2 sera rapidement interrompu par un nouveau drapeau rouge, suite au crash (sans gravité) de Sainz qui avait quand même pris le second temps avant sa sortie de piste. Les différentes pilotes vont ensuite s’échanger les bons temps, mais Mercedes va totalement passer à côté, avec les 11e (Russell) et 13e (Hamilton) temps. Pour la stat, sachez que c’est la première fois depuis le GP du Japon en 2012 qu’il n’y aura pas de Mercedes en Q3. En parallèle, Schumacher, Zhou et Stroll terminent respectivement, 12e, 14 et 15e.

En Q3, on retrouve rapidement .. le drapeau rouge sur une sortie de Magnussen. Ce dernier a cependant pu continuer la séance et a même pris le meilleur temps quelques secondes. Alors qu’il reste un peu plus de 3 minutes, nouveau drapeau rouge suite à l’abandon de Bottas. Alors que les pilotes reprennent enfin les qualifs, un ultime drapeau rouge est déclenché par Norris alors qu’il reste une minute dans la Q3, ce qui interrompt de suite tous les chronos en cours et qui achève cette séance de qualifications. 

C’est donc Vertsappen qui prend la pôle, devant Leclerc et Norris. Un « podium » qui n’aurait sans doute pas été celui-ci si la Q3 était allé à son terme. La grosse surpris est du coup signée Magnussen qui prend la 4e place devant Alonso (5e), Riccardio (6e), Perez (7e), Bottas (8e), Vettel (9e) et Sainz (10e). Une grille qui nous annonce une Course Sprint palpitante.

Grille de départ de la course Sprint à Imola 2022

GRAND PRIX D'imola 2022 : la course sprint

La première course sprint (21 tours) va débuter avec un superbe départ de Charles Leclerc qui prendra le meilleur sur Verstappen avant le premier virage. Derrière, dans le peloton, ça joue des coudes et nous avons droit à plusieurs contacts. Un de ces contacts sera un peu plus grave et provoquera l’abandon de Zhou au Tour 1 et une Safety Car.

Une fois la course relancée (Tour 5), Carlos Sainz (parti 10e) va commencer sa grande remontée, là où Magnussen, clairement plus lent, commence à créer un petit bouchon. Les choses vont tranquillement rentrer dans l’ordre, avec une belle remontée de Perez qui prendra rapidement la 3e place.

Les choses seront à vrai dire assez calmes et alors qu’on pensait Leclerc intouchable, Max Verstappen profitera du 20e et avant dernier tour pour prendre la tête et semer le monégasque dans la foulée. Victoire du champion du monde en titre devant Leclerc, Perez, Sainz, Norris, Ricciardo, Bottas et Magnussen, qui marquent donc tous des points.

Le résultat de la course sprint étant la grille de départ du GP de dimanche, il y a pas mal de changements par rapport aux qualifications. Perez et Sainz sont les grands gagnants avec respectivement 4 et 6 places gagnées. Norris et Magnussen en perdent quant à eux 2 et 4. On pourra souligner la belle perf de Schumacher qui se hisse 10e, et celle de Tsunoda qui passe de la 16e à la 12e place.

Côté Mercedes, rien de bien encourageant, Hamilton perdant même une place. Les Williams restent en fond de grille, rejointes par le malheureux Zhou qui partira dernier.

GRAND PRIX DE d'imola : la course

Nous y voilà enfin : le départ du premier Grand Prix européen de la saison. On garde les bonnes habitudes : regarder le GP entre potes sur Discord pour vivre la course à plusieurs. S’il ne pleut certes plus, la piste est toujours détrempée au possible, ce qui oblige les pilotes à partir en pneus intermédiaires.

Le départ sera complètement manqué pour les Ferrari, qui perdront des places avant le bout de la ligne droite. Un scénario qui s’aggrave dès le Virage 3 pour Carlos Sainz qui se fait sortir par Ricciardo. Le contact est certes très léger, mais Sainz atterrit dans les graviers, avec impossibilité de repartir, patinant dans ces derniers. Deuxième abandon en deux GP (même si les raisons sont différentes) pour le pilote espagnol. Cela entraîne bien évidemment une Safety Car pour quelques tours.

Le Tour 7 est marqué par le fait qu’Alonso perde une partie de sa voiture en pleine ligne droite. De la même façon qu’Ocon lors des essais de Bahreïn, l’Alpine voit une partie de son ponton voler en éclats, sans gravité. Cela est par contre synonyme d’abandon pour l’espagnol. En parallèle, Leclerc arrive enfin à prendre le meilleur sur Norris pour passer troisième, là où Verstappen a recommencé à prendre le large après la Safety Car. Un poil plus loin, le trio Russell / Magnussen / Bottas nous offre un peu de spectacle, dont Russell sortira vainqueur après quelques tours, pointant à la 5e place.

Il faudra attendre les Tours 19 et 20 pour voir les pilotes passer au stand, passant des pneus intermédiaires aux pneus secs. Bilan : Leclerc repasse momentanément second, Hamilton et Ocon ne sont pas loin de l’accident dans la voix des stands et Bottas perd de précieuses secondes lors du changement de roues.

La course sera par la suite assez calme jusqu’au fameux 53e tour. Charles Leclerc décide en effet d’attaque beaucoup trop agressivement et part en tête-à-queue dans la Variante Alta. Le leader du championnat finit dans le mur de pneus, mais à la chance de le taper sur le côté, n’endommageant « que » son aileron avant. Il doit cependant passer par les stands pour le changer et ressort à la 9e place. Le monégasque retombe dans ses travers : il n’y avait AUCUNE RAISON d’attaquer à outrance et de se sortir tout seul. Sa voiture était bien moins rapide que les RedBull et terminer troisième était une très bonne chose. Seulement, il a voulu faire plus et surtout, trop.

Dès le 56e tour, il amorce dont sa remontée et se débarrasse respectivement de Magnussen, Vettel et Tsunoda dans les tours suivants. Aux avant-postes, Verstappen achève sa course maîtrisée de A à Z avec une victoire, devant son co-équipier Perez et surtout Lando Norris, qui profite de l’erreur de Leclerc pour monter sur le podium.

Un Grand Prix qui était plutôt sympathique à regarder selon moi, qui ne restera pas non plus dans les annales. Nous avons droit à quelques belles batailles sur plusieurs tours, globalement disputées dans le respect des autres. Le pluie qu’on attendait n’est finalement jamais retombée, ce qui aurait pu changer la donne.

Certes, l’abandon de Sainz au premier tour (qui condamne aussi Ricciardo) et celui d’Alonso au Tour 7 sort directement trois pilotes qui allaient sans doute finir dans le Top 10, mais la plupart des outsiders n’ont rien lâché pour réaliser la course la plus propre possible.

GRAND PRIX D'imola 2022 : mes tops et flops

Après chaque course, je vous présenterai une petite série de Tops & Flops. Entre objectivité et subjectivité, l’idée est de vous présenter un gros Top et un gros Flop du weekend, mais également des tops et flops un peu plus minimes. Cela prendra en compte les attentes générales, mais également les performances de la course, par rapport aux qualifications, entre autres.

LE Top :

RedBull. L’écurie autrichienne a fait un week-end quasi-parfait. Max Verstappen qui a obtenu la pôle vendredi, a remporté la course sprint samedi grâce à sa remontée sur Leclerc et surtout, s’est imposé dimanche, prenant également le meilleur tour en course. Sergio Perez quant à lui, a réalisé une belle course sprint (passant de la 7e à la 3e) et a terminé second dimanche. Il faut également noter que c’est le premier doublé RedBull depuis 110 Grand Prix !

Les petits tops :
  • Lando Norris : premier podium de la saison pour McLaren, qui est donc la quatrième écurie à monter dessus. Le pilote anglais a réalisé une course très propre, qui parachève un bon week-end pour lui.
  • George Russell : parti 11e, le jeune pilote anglais termine la course à une (très) belle quatrième place. Il a certes profité des faits de course, mais il fallait le faire !
  • Yuki Tsunoda : le week-end avait très mal débuté pour Alpha Tauri, mais le jeune japonais a limité la casse. Parti 12e, il termine 7e et engrange quelques points.
  • Aston Martin : non seulement l’écurie marque ses premiers points de la saison, mais en plus, elle place ses deux pilotes dans le Top 10 ! Il va maintenant falloir confirmer.
LE Flop :

Ferrari. Certes, il faut relativiser, mais l’écurie italienne est la grande perdante du week-end. Malgré sa qualification manquée, Sainz s’était bien repris, jusqu’à ce que Ricciardo mette fin à sa course très prématurément. Leclerc de son côté, est un peu retombé dans ses travers, tentant le tout pour le tout alors qu’une troisième place était déjà une bonne performance.

Les petits flops :
  • Lewis Hamilton : encore un week-end compliqué pour le multiple champion du monde. Qualifications manquées, course sprint ratée et incapable de faire quelque chose le dimanche. 
  • Daniel Ricciardo : le week-end a bien commencé pour lui, mais il condamne sa course (tout en éliminant Sainz) dès le troisième virage. Vraiment dommage.
  • Alpine : première course de la saison où Alpine ne marque pas de points. On avait senti les voitures un peu en-dessous dès le début du week-end et la course n’a malheureusement rien arrangé.

classements après le gp d'imola

Après ce quatrième Grand Prix de la saison, le classement évolue, de manière un peu inattendue pour certaines places.

Premier petit coup d’arrêt pour Leclerc, qui voit les deux RedBull reprendre quelques points. Sainz est le grand perdant du week-end, là où Norris continue tranquillement sa remontée. Bottas et sa modeste Alfa Romeo conforte un peu plus sa place dans le Top 10.

Côté constructeurs, RedBull qui avait 49 points de retard sur Ferrari avant Imola, n’est plus qu’à 11 points. Alfa Romeo en profite pour passer devant Alpine et Aston martin, grâce à ses premiers points de la saison, passe 9e.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.