Swtch

Pico Park : Le plus compliqué des jeux simples

Bannière Pico Park

Si vous avez été sur Twitch ce dernier mois, il y a de grandes chances pour que vous ayez vu passer des streams de Pico Park. Ce jeu est si simple dans sa mise en place, mais devient étonnamment compliqué dans la pratique. Lorsque j’y ai joué avec quelques amis, je me suis demandé pourquoi on galérait pour rien. Du coup, j’ai eu envie de vous raconter ici mes réflexions. À mon avis, les concepteurs ont bien compris comment fonctionne la nature humaine. Ce n’est pas « simplement » savoir se synchroniser :

Attends, C'est quoi Pico Park ?

Un petit rappel pour ceux qui n’auraient pas surfé sur la vague. C’est un jeu de plateforme en coopération développé par TECOPARK et sorti sur Steam le 26 avril 2016. Chaque joueur – jusqu’à 8 en même temps – contrôle un petit chat coloré qui ne peut généralement que sauter et aller à gauche ou à droite jusqu’à la fin du niveau. On peut sauter sur un autre joueur et s’en servir comme marche-pied.  Si c’est le cas, le joueur en dessous peut se déplacer, mais il ne peut pas sauter. Le joueur au-dessus peut bouger librement. C’est à peu près tout ! Le reste des mécaniques est soit complètement évident – Le chat rouge pousse la caisse rouge. Woaw – soit constitue une énigme pour ce niveau.

Escalier de chats dans Pico Park
La mécanique la plus importante est celle de l'escalier, que vous retrouverez à toutes les sauces !

C’est un jeu qui se veut coopératif pour avancer, bien que la coopération soit plus souvent le problème que la solution. Le génie de Pico Park, c’est justement de proposer des choses simples qu’un enfant de 10 ans peut réussir, et de regarder les joueurs se planter d’eux-mêmes. Rien n’est compliqué, quiconque voit l’énigme trouvera la solution après un peu de réflexion. Pourtant, à cause de quelques invités surprises, il devient vite compliqué d’arriver à la fin d’un niveau.

La maladresse ne pardonne pas

Le plus évident, c’est simplement la maladresse des joueurs. Ça arrive, et plus souvent qu’on ne le voudrait, mais rien de grave à priori. La maniabilité m’a fait penser aux jeux de plateforme flashs en ligne, du style qu’on ponçait discrètement au CDI du collège. C’est pas très ergonomique, c’est vrai. Mais avec 5 minutes d’entraînement, je vous assure que tout le monde réussit à appuyer sur espace et la flèche de droite simultanément.

Le truc, c’est que le jeu ne laisse pas le temps de s’entraîner ces 5 minutes. Il n’y a pas ces quelques sauts d’échauffement propre à tous les plateformers : chaque saut est un vrai obstacle en soi ce qui fait que l’étape “je deviens à l’aise” n’existe pas. Ainsi, les joueurs qui seront plus à l’aise vont rapidement être impatients, n’aidant pas les plus novices aux jeux de plateformes à s’améliorer. On va parfois carrément se compliquer la tâche pour les aider. Le niveau en devient plus compliqué et les joueurs ne progressent pas.

Bouton à ne pas toucher
Ce niveau est si simple à finir est aussi celui sur lequel chacun fait une maladresse...

Et puis comme les commandes sont réactives, bah on a la bougeotte. On se déplace dans le niveau en sautant partout… parfois sans vérifier qu’on ne gêne pas quelqu’un ! Pas de bol, cette fois on bloque le passage d’un autre joueur et il tombe dans un trou. Effectivement, quand c’est la 10e 15e 30e fois qu’on recommence le niveau, ça fera soupirer même les plus calmes.

Pour éliminer ces maladresses, le meilleur moyen reste tout de même d’éviter toutes interactions inutiles entre les joueurs.

L’ego des joueurs de Pico Park

Les énigmes sont généralement simples, tellement qu’on peut arriver au bout du niveau de plusieurs manières. C’est assez fréquent que plusieurs solutions soient trouvées, et l’ego des joueurs entre alors en jeu. Qui va imposer sa solution ? Laquelle sera la plus simple ? Peut-être qu’une majorité se formera sur la moins simple, frustrant la minorité ! Pourtant, différentes solutions sont tout à fait valides, et si l’une d’entre elles est plus efficace, elle peut être moins rapide à expliquer ou moins simple. Personnellement, je me fiche de comment on arrive à la fin d’un niveau, mais je sais que certains veulent le réussir avec la manière ! Il faut alors être diplomate, prendre sur soi et accepter de suivre un plan qui ne nous est pas naturel, voire carrément ridicule.

Solution 1 de la cordée
La première solution revient à laisser pendouiller un joueur.
Solution 2 de la cordée
La seconde consiste à tenir un ou plusieurs joueurs par les deux côtés.

C’est à mon avis cette notion d’ego qui pose les plus grosses difficultés. C’est très dépendant des caractères, mais avec beaucoup de grandes gueules dans l’équipe, ça peut réellement prendre la tête ! À partir de ce moment, bonne chance pour la cohésion… Le plus simple pour régler ce problème, c’est que celui qui a eu l’idée de la solution soit le chef d’orchestre pour ce niveau, ou au moins cette tentative. De cette manière, on est sûr que chacun sera sur la même longueur d’onde.

Mais est-ce que ça ne gâcherait pas le plaisir de ce jeu ?

Les trolls rigolos pas rigolos

(je l’ai encore un peu en travers de la gorge)

Enfin, il y a certains joueurs, qui s’amusent à simplement foutre la merde, surtout entre potes. Ça peut en énerver certains, tout comme ça peut provoquer les plus gros fous rires sur Pico Park ! Ça fait partie du jeu en soi. D’un côté, je les comprends : c’est marrant et tentant de bloquer un joueur, et puis il faut bien évacuer la frustration des niveaux passés. Je me vois très bien faire n’importe quoi quand personne ne m’écoute pendant trois niveaux et je comprends tout à fait. C’est une sorte de vengeance, œil pour œil dent pour dent. Je suis un gamin ? Ouais, mais j’descends pas de ta tête tant que t’aboies pas. Et du coup, il faut mine de rien une belle maîtrise de soi pour être un coéquipier exemplaire du début à la fin !

Et toutes ces raisons s’additionnent au bout d’une longue session de jeu où tout le monde est fatigué. On enchaîne les inattentions, on ne veut plus chercher à comprendre les idées des autres qui nous semblent bizarres, et on résiste de moins en moins à l’envie de s’asseoir sur ce pote qui n’aurait décidément pas dû se moquer de toi il y a trois niveaux. Cheh.

J’ai beaucoup parlé de galérer sur cet article, mais rassurez-vous, le jeu reste vraiment fun à jouer avec des amis ! Justement, prenez ça comme un défi : est-ce que vous réussirez à triompher des obstacles ? Est-ce que votre esprit d’équipe sera plus fort que l’envie de faire des blagues ? Personnellement, j’ai hâte de finir tous les niveaux…

Pico Park est disponible sur Steam. Toutes les images de cet article sont des captures in game ou des visuels officiels du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.