Swtch

How I Met Your Father : La série vaut-elle How I Met Your Mother ?

How I Met You Father
Sortie depuis peu sur Disney+ en France, la série How I Met Your Father se veut la digne descendante de la série principale, How I Met Your Mother. Grand amoureux de cette série, je ne pouvais passer à côté de ce phénomène et j’ai décidé de regarder cette dernière sortie pour lui donner sa chance et revivre mon adolescence. Bien entendu, un peu de spoil est à venir.

Revenons dans l'histoire : How i met your mother

Avant de parler d’How I Met Your Father, il est bon de se remémorer le passé. HIMYM est une sitcom américaine contée par le personnage principal (Ted Mosby) à ses enfants alors qu’il a 50 ans. Il leur raconte, comme le nom de la série l’indique, comment il a rencontré leur mère au travers des 10 années qui ont précédé ce moment.

Au fil de ces nombreuses heures de récits, les cinq personnages principaux vivent tous leur histoire sur leur jeune vie d’adulte, ses problèmes et ses bonheurs. Mais, si vous êtes en train de lire ces quelques lignes sans connaître cette série, n’attendez plus et allez la regarder si ce genre vous intéresse. C’est une très bonne sitcom, tout ce qu’il y a de plus classique et marquante. L’équivalent de Friends quelques années plus tard, et c’est dispo sur Disney+.

How i met your father, une suite ? un spin-off ?

8 ans après l’arrêt de la série originale, on apprend qu’How I Met Your Father va sortir. Diffusée sur Hulu et non plus CBS aux Etats-Unis, on peut se demander ce qu’il va advenir de cette série et surtout : quel est son but (hormis bien évidemment, se faire de l’argent sur une licence qui a touché énormément de monde et jouer sur la carte de la nostalgie, mais chut, on est naïf)

Annoncée comme un simple spin-off, on est en droit de se demander si la série jouera la carte de la nostalgie à fond ou si une nouvelle histoire à part se créera. Personnellement, j’aurais énormément aimé une série sur le personnage de Cristin Milioti, la véritable mère de la première série dont le personnage et le talent n’ont, je trouve, pas assez été exploités.

Comme pour HIMYM, l’histoire est basée sur une bande d’amis dont le personnage central raconte les différentes histoires qui lui ont permis de rencontrer le père de son fils. 

Aujourd’hui, la série n’a qu’une seule saison de tournée et ne contient que dix épisodes, ce qui est assez peu pour savoir si elle sera la digne descendante d’How I Met Your Mother, ou une simple sitcom qu’on oubliera très rapidement. L’un des principaux problèmes de n’avoir que dix épisodes d’une grosse vingtaine de minutes, c’est qu’il faut réussir à expliquer toute l’histoire et captiver le spectateur en un temps très court. Même si on se doute que les bases seront les mêmes que pour HIMYM, il y avait là 22 épisodes pour la première saison, ce qui permettait vraiment de tout mettre en place pour la suite, de découvrir chaque personnage, chaque histoire.

 

une série en deux temps

Même si l’histoire se veut différente de la série principale, on peut retrouver les mêmes orientations lors des premiers épisodes. La présence du personnage principal (ici Sophie, incarnée par Hilary Duff), 30 ans dans le futur qui raconte à son futur fils comment elle a rencontré son père. Le pilote permet de bien lancer la série en se terminant sur un « Et voilà, c’est le soir où j’ai rencontré ton père » et donc de commencer à lancer des théories sur quel personnage présent au casting à ce moment, ou non, sera le fameux paternel. Pour rappel, dans HIMYM, Cristin Milioti a été castée dans l’avant-dernière saison alors qu’on aperçoit l’un des pieds de la mère beaucoup plus tôt dans la série, le schéma s’est probablement répété. 

On retrouve malgré tout les composantes principales d’HIMYM : une personne centrale célibataire à la recherche du grand amour de sa vie, un couple sur le point de se marier, une célibataire qui ne cherche pas forcément à se caser, mais plutôt à faire la fête, son frère et un second couple qui se cherche sur sa relation. On prend les mêmes et on recommence.

Histoire de faire le lien, l’un des appartements habités est le classique appartement de Ted et Marshall, les épées toujours présentes. Une allusion à Marshall et Lili y est d’ailleurs évoquée.

L'appartement de Ted et Marshall dans la série How I Met Your Mother réutilisé dans How I Met Your Father
L'appartement de Ted et Marshall dans la série How I Met Your Mother réutilisé dans How I Met Your Father © Disney

Au visionnage du premier épisode, on sait déjà que ça ne va pas être la série de la décennie, mais après tout, pourquoi ne pas continuer ? La série nous berce pendant la grande majorité de la première saison, ce qui est assez risqué étant donné qu’elle ne dure que 10 épisodes. On veut en savoir plus sur les personnages, mais on veut surtout un développement intéressant. Si on passe sur les rires forcés, les blagues prévisibles et les personnages beaucoup trop caricaturés, il y a quand même des éléments de la série qui ressortent et qui donnent envie de poursuivre. Bien évidemment, ces éléments sont ceux jouant sur la nostalgie du spectateur. 

Vous voulez des clins d’œil ? A compter du huitième épisode, ce ne sont mêmes plus des clins d’œil, mais des appels de phares. La présence de Cobie Smulders, qui reprend son rôle de Robin Scherbatsky, avait été annoncée et bien évidemment, ça renvoie à des souvenirs intéressants. Deux autres personnages secondaires d’HIMYM apparaissent dans les deux derniers épisodes et sont là pour lancer une intrigue qui n’est, à l’heure actuelle, pas développée, même à la fin de la première saison. On se doute que c’est forcément le point qui déclenche la saison 2 et potentiellement, les suivantes. 

Du coup, how i met your father, ça vaut quoi ?

Dire que c’est une excellente série serait se mentir. Notée à 5.3/10 sur IMDb et 38% (Tomatometer) et 52% (audience) sur Rotten Tomatoes, on sent que cette série a quelque chose pour plaire. Mais ça ne suffit pas pour l’instant, la sauce ne prend pas. Cependant, on a quand même envie de voir la suite. La série ayant été renouvelée pour une deuxième saison qui comportera vingt épisodes, on peut supposer qu’il y aura plus de développement des personnages et des intrigues différentes.

Si on prend cette première saison comme une saison qui pose les bases et qui ne fait rien d’autre, on peut être satisfait. Ce n’est pas une purge, ça se regarde une fois, pas cent (allez, deux quand la seconde saison sortira pour se remémorer de qui est qui), mais c’est pas non plus un chef d’œuvre.

Je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre avis sur cette série et de lui donner sa chance, après tout, ça ne dure même pas quatre heures. 

plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.