Swtch

11 Minutos Tarde : Peaky Blinders

Nouveau format aujourd’hui sur swtch.fr, le 11 minutos tardes, en référence au meme d’Ousmane Dembélé arrivant tardivement à l’entraînement. On reviendra donc sur des œuvres que l’on a découvert après tout le monde. Alors que la sixième et dernière saison sera diffusée le 27 février 2022 sur la BBC, je vais vous raconter mon expérience sur les cinq premières saisons de “Peaky Blinders”.

Aujourd’hui je vais vous raconter mon expérience “Peaky Blinders”. Je viens d’en finir la saison 5 et la saison 6 devrait bientôt arriver. Il faut savoir qu’en général je ne suis pas fan des séries que tout le monde m’overhype. Lorsque trop de gens ont tendance à me survendre une série, il s’en suit une déception de ma part à la découverte de celle-ci. Pour Peaky Blinders, peu de gens m’ont vendu la série. Les rares personnes de mon entourage qui m’en ont parlé m’ont dit qu’elle était géniale mais en restant sobre. Alors là ça m’a intrigué, peu de connaissances l’ont vu, ils en étaient tous très élogieux mais pas surexcités. Ça a piqué ma curiosité. J’ai donc entamé la saison 1 sans rien savoir, ni de quoi ça parlait, ni quand se déroulait l’histoire, ni si c’était tiré d’une histoire vraie ni rien. Les seules choses dont j’étais au courant étaient que les personnages s’habillaient d’une manière extrêmement stylée et que l’acteur principal était Cillian Murphy.  Alors que penser de cette série ?  

Spoiler : gros banger, masterclass, superbe, géniale, 20/20

/!\ Petits spoils en approche sur les 5 premières saisons, donc si vous ne les avez pas vu, déjà qu’attendez-vous ? Allez les voir et revenez après. /!\

L'HISTOIRE

Peu de temps après la première guerre mondiale, Thomas Shelby, ancien combattant en France, cerveau et véritable chef du gang des Peaky Blinders, va tout faire pour conquérir Birmingham à travers les paris hippiques. C’est sans compter sur l’intervention de Chester Campbell, inspecteur fraîchement arrivé de Belfast venu mettre fin aux agissements criminels. Ça c’est pour la saison 1. Ensuite on assiste à l’ascension de Thomas Shelby et sa famille à différentes strates de la société, notamment à Londres à partir de la saison 2 et à la politique pendant la saison 5. Bref, d’un petit gangster de Birmingham jusqu’aux plus hautes instances londoniennes, c’est l’histoire de Tommy et sa famille.

Le gang des Peaky Blinders © BBC

Une histoire des plus banales dans le genre gangster donc, à ceci près que la période et le lieu m’intriguaient. L’Angleterre d’après la première guerre mondiale, le choc de celle-ci sur les ex-combattants, le regard réservé à ceux qui n’avaient pas combattu, beaucoup de choses m’interpellaient. Et ce qui m’a énormément plu, c’est en quelque sorte la volonté de réalisme dans la série. Alors je n’ai pas été suffisamment loin dans mes études d’histoire et je ne me suis pas renseigné sur la série pour savoir si c’était bel et bien réel, mais en tout cas ça paraît bien le cas. On sent une volonté de reproduction du contexte, un souci du détail dans les gestes, la parole et les décors. 
Alors on suit Thomas Shelby dans ce quotidien tumultueux de Birmingham, entre son affaire de paris hippiques, son passé d’ancien soldat, sa famille avec Arthur, John et Polly. Une saison 1 plutôt classique, un gangster qui prend de l’influence grâce à ses affaires, un combat à distance avec le représentant de la loi qui subit la pression de sa hiérarchie, un amour interdit que la famille du héros et de l’héroïne n’accepterait jamais. Mais la simplicité est exécutée à merveille. Et la saison 1 s’arrête … brutalement, très brutalement, sur un dilemme Schrödigerien

Heureusement, j’avais la saison 2 tout de suite après pour avoir la suite, sinon je n’aurais pas tenu. Et ainsi la chose se répète à chaque fin de saison, une fin brutale, qui met une grosse claque et nous tient en haleine pour la prochaine saison. Le tout sans rien enlever à ce qui se passe dans la saison en elle même, qui est tout aussi brillante. Cependant les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas. De nouveaux acteurs apparaissent, d’autres disparaissent mais tout reste si bien écrit et réalisé avec une gestion toujours plus habile des personnages, des plans et des ambiances. Une série dans sa globalité qui m’a vraiment transporté dans l’Angleterre d’après guerre.

Ce que la série fait ...

De bien :

Les acteurs, le casting m’était globalement inconnus. À part Paul Anderson (Arthur Shelby), Sam Neill (Chester Campbell), Cillian Murphy (Thomas Shelby) pour le début et Tom Hardy (Alfie Solomons) ainsi qu’Adrian Brody (Luca Changretta) pour les saisons suivantes, je ne connaissais personne. Et je n’ai eu que des bonnes surprises, que des très bons acteurs qui ont merveilleusement bien interprétés jusque là leurs personnages respectifs. 

Du côté de ceux que je connaissais, Paul Anderson est fantastique dans le rôle du chef de famille détruit par son alcoolisme et son manque d’amour paternel, divisé entre son côté violent et son côté nounours qui le rend si gentil et attachant. Mais là où il est le meilleur c’est quand il perd les pédales et laisse ses démons prendre le dessus. Sam Neill, connu pour son rôle dans Jurassic Park, est excellent en tant que « méchant » policier et figure paternelle. J’ai adoré le détester durant tous les épisodes où il apparaît. Tom Hardy est Tom Hardy, un formidable acteur dont le talent n’est plus à prouver. Mais son interprétation d’Alfie Solomons est sublime. Sa performance en tant que chef malade de la mafia juive de Londres est fabuleuse. Tom Hardy est un grand acteur de notre ère. Adrian Brody est très fort aussi dans le rôle de l’antagoniste Luca Changretta lors de la saison 4. C’est la saison la plus « gangster » de la série et l’arrivée de Luca pour assouvir sa vendetta contre les Peaky Blinders y est pour quelque chose. Son rôle en tant que calculateur et chef de la mafia italienne New Yorkaise est excellent, dommage que ça n’ait duré qu’une saison.

Thomas Shelby interprété par Cillian Murphy © BBC

Et pour finir du côté des acteurs, j’ai toujours voulu voir Cillian Murphy dans un premier rôle. Je le trouvais excellent dans la trilogie Batman de Nolan et dans Inception en tant que second rôle, mais pour ma première avec lui dans un premier rôle je ne suis définitivement pas déçu. Quelle claque il délivre tout du long des 5 premières saisons. Entre le chef de gang avide d’affaires et son incapacité mentale à quitter la guerre, il s’en cherche constamment une autre à Birmingham ou Londres.  La colère, la joie, la peur, la tristesse, il est passé par toutes les émotions et me les à transmises au centuple à chaque fois. Un vrai bad guy attachant. Un personnage d’un charisme comme j’en ai rarement vu dans une série. Thomas Shelby me donne envie de me couper les cheveux, de me faire un dégradé, d’enfiler un béret, un manteau long, de prendre une clope, un whisky et de menacer le premier venu avec une froide colère calme.

En plus la série est construite de sorte à te faire croire que Tommy Shelby est le Deus Ex Machina. Il arrive et la situation se résout. Du moins c’est ce que j’ai ressenti à chaque fois qu’il est apparu, alors qu’il se produisait précisément l’inverse à l’écran. Il a une présence quasi divine à l’écran même s’il est au bord d’une tombe, menacé par un espion, l’arme sur sa tempe, le doigt sur la gâchette.
Bref, l’existence seule de Thomas Shelby et Cillian Murphy donne une dimension quasiment inégalée pour une série.

DE MAL :

Rien.

EN ROUTE POUR LA SAISON 6

La saison 5 finie, je suis plus que jamais hypé par une série. La saison finale devrait arriver très bientôt et pour la première fois, les événements d’une saison n’ont pas eu de conclusions et n’ont absolument pas tourné en la faveur de Thomas Shelby. Il ne reste plus qu’à savoir comment il va se sortir des mains du fascisme, lui qui a voulu détruire le mouvement de l’intérieur.

J’ai donc regardé les 5 premières saisons de Peaky Blinders en un peu moins d’un mois et je ne peux que vous conseiller de faire de même si comme moi vous êtes 11 minutos tarde.

Bref, regardez ou reregardez la série, sur ordre des Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.