Swtch

Olympique Lyonnais : bilan d’une saison 2021 – 2022 à oublier

Saison 2021 - 2022 : bilan d'une saison à oublier pour l'OL
ENFIN ! La saison 2021-2022 de Ligue 1 est enfin terminée. Si le championnat a été intéressant et disputé jusqu’à l’ultime journée (à tous les étages), force est de constater que pour le fan et supporteur de l’Olympique Lyonnais que je suis, il fallait que ça se termine vite.

Saison 2021 - 2022 : la pire saison depuis longtemps

Avant toute autre chose, je dois être franc avec vous : cet article va servir d’exutoire. J’aime l’Olympique Lyonnais du plus profond de mon cœur, mais ce n’est pas réciproque. Certaines parties de ce papier vous paraîtront sans doute exagérées (et ce sera peut-être objectivement le cas), mais je vous livre ici mon ressenti personnel.

Précision : ce papier parle bien évidemment de la saison de l’équipe masculine. Côté féminines, la saison est une franche réussite avec le doublé championnat (officialisé dimanche) – Champions League.

Parlons chiffres pour commencer : l’OL vient de faire sa PIRE SAISON depuis l’exercice 1996 – 1997. Certains d’entre vous n’étaient peut-être même pas nés, car il faut donc remonter à 25 ans pour voir Lyon finir 8e du classement. Car oui, un des clubs les plus riches et structurés de France vient de terminer la Ligue 1 à la 8e place. Pas de coupe d’Europe la saison prochaine (alors que la Conference League existe), ce qui est une véritable anomalie pour l’Olympique Lyonnais. 

Sur les 38 matchs disputés en championnat, l’OL n’en a remporté que 17, pour 11 nuls et 10 défaites. Côté goal-average, rien de bien joyeux non plus : 66 buts marqués pour 51 encaissés. Moussa Dembélé termine certes 3e meilleur buteur du championnat, mais c’est anecdotique au possible.

En Europa League, le club a montré un meilleur visage. Si le groupe était certes très abordable, le bilan est de 5 victoires pour un nul, avec 16 buts marqués et 5 encaissés. Exempté de 16e de finale, l’OL dispose de Porto en 8e, avant d’échouer aux portes de la demi-finale.

des recrues pas au rendez-vous

Le mercato estival de l’Olympique Lyonnais a été réussi sur le papier. Je ne vais pas vous mentir, j’étais globalement (très) satisfait des départs et surtout des arrivées. Le grand Jérôme Boateng arrive au club gratuitement, on récupère Emerson en prêt et Xherdan Shaqiri, en quête de renaissance, est acheté 6M seulement à Liverpool. Le club enregistre aussi les arrivées d’Henrique et Damien Da Silva en renfort. Cet hiver, le club a enregistré les arrivées de Romain Faivre (15 millions quand même) et Ndombele en prêt. Enfin en avril, Tetê a rejoint le club suite à la guerre en Ukraine, sous forme de prêt.

Comme vous l’aurez compris, ces recrues n’ont pas répondu aux attentes. Boateng a montré de grosses limites, Shaqiri a été fantomatique (et sera même vendu après 6 mois à Lyon), Emerson n’a fait que décliner, là où Henrique et Da Silva ont fait le strict minimum quand ils ont joué. Si Faivre & Ndombele ont été corrects, il faudra voir sur le long terme pour le premier cité.

Mais la chose la plus douloureuse liée au mercato est bien évidemment le départ de Bruno Guimarães pour Newcastle le 30 janvier dernier. Notre meilleur joueur de la saison quitte le club pour 50M. Avec des si, on refait le monde (et on coupe du bois), mais il y a fort à parier qu’en restant, Bruno nous aurait offert une qualification en coupe d’Europe.

Des naufrages en cascade ...

S’il y a bien un mot qui peut définir l’Olympique Lyonnais ces dernières saisons, c’est inconstance. La saison 2021 – 2022 n’a malheureusement pas fait office d’exception et nous avons eu droit à de sacrées purges, qui expliquent grandement la saison ratée.

Deuxième journée de championnat et l’OL prend déjà une énorme claque contre la modeste équipe d’Angers, entrainée par un ancien de la maison : Gérald Baticle. Plus qu’un énorme revers 3-0, c’est la goutte d’eau de trop dans le dossier Marcelo qui sera définitivement écarté du groupe, avant de quitter le club quelques mois plus tard. Autant vous dire que la saison débute sur des bases très bancales.

Angers SCO - OL : saison 2021 - 2022 de Ligue 1
OL - Clermont Foot : saison 2021 - 2022 de Ligue 1

Une semaine plus tard, l’OL doit se rattraper à domicile contre une autre modeste équipe : Clermont. Si Lyon est rapidement mené, la première mi-temps sera finalement maitrisée, permettant aux Gones de mener 3-1. Mais les vieux démons resurgissent, et après avoir réduit l’écart à la 80e, Clermont égalise dans les arrêts de jeu pour obtenir le match nul. En trois journées de championnat, l’OL a déjà bêtement perdu 4 points.

Dans la catégorie naufrage, le match à Nice lors de la 11e journée est un exemple parfait du côté schizophrène de Lyon. Il reste 10 minutes à jouer et l’OL mène tranquillement 2-0. Puis Nice marque un but, Kadewere prend un carton rouge, avant que Nice marque une seconde fois … et une troisième fois à la 93e, provoquant une des défaites les plus humiliantes de la saison.

OGC Nice - OL : championnat de France 2021 - 2022
OL - West Ham : quart de finale de retour de l'Europa League 2022

Comme vous l’avez lu plus haut, la campagne européenne de l’OL était plus tôt réussie : aucune défaite en 9 matchs. Puis vint le match retour contre West Ham, à domicile. Résultat : une humiliation au Groupama Stadium. 3 buts pris en 48 minutes, une prestation fantomatique et aucune envie transmise sur le terrain. La plus large défaite (à égalité) de l’histoire de l’OL en coupe d’Europe. Quand on voit que Francfort va ensuite remporter la compétition, c’est encore plus rageant.

Pour terminer, parlons d’un match à rapidement oublier, pour des faits extra-sportifs. Le 32e de finale de Coupe de France contre le Paris FC était loin d’être un match réussi pour l’OL (1-1 à la mi-temps), mais tout s’est joué en tribunes. De GROS débordements ont en effet opposé « supporteurs » de l’OL et parisiens, dans un stade où la sécurité n’était pas du tout au niveau. Verdict côté OL : défaite sur tapis vert (comme pour le PFC) et interdiction pour les supporteurs de se rendre dans les parcages visiteurs jusqu’à la fin de la saison.

Paris FC - OL : 32e de finale de Coupe de France 2022

J’ai aussi hésité à vous parler du match nul que l’on concède bêtement à la 95e minute contre Saint-Etienne lors de la 9e journée, des défaites contre Rennes (8-3 sur les deux matchs), du revers contre Brest 2-1 lors de la 33e journée ou de celui contre Metz 3-2 lors de la 36e qui nous coûte l’Europe, mais ça aurait fait beaucoup.

... mais quelques sacrées belles performances !

Oui, nous sommes l’Olympique Lyonnais. Si nous sommes capables de perdre contre le dernier de Ligue 1 et de relancer sa saison, nous sommes également capables de sortir de sacrés matchs, que ce soit en coupe d’Europe ou en championnat. Je vous en ai sélectionné quelques-uns, qui m’ont marqué positivement.

Le premier match de la saison que j’ai vu à domicile. Une démonstration et une rencontre qui a permis de se rassurer, un peu, alors que le début de saison n’était pas fameux. Une communion très plaisante avec le public et surtout, un côté droit très séduisant où Gusto et Shaqiri ont combiné à merveille, dans un match où Boateng faisait également ses débuts. Une victoire qui a été entachée par un but de Strasbourg à la 97e, sur pénalty.

OL - Racing Club de Strasbourg : saison 2021 - 2022 de Ligue 1
Glasgow Rangers - OL : Europa League 2021 - 2022

Le premier match européen de la saison, 4 jours après la victoire contre Strasbourg, se solde par une victoire plus qu’encourageante. Certes, l’adversaire du soir n’est pas un cador (même s’il arrivera quand même en finale de cette compétition quelques mois plus tard), mais aller gagner aussi aisément à l’Ibrox Stadium n’est pas forcément chose aisée. Ce sera le début d’une phase de groupe maitrisée par l’Olympique Lyonnais, avec une pluie de buts marqués.

Un match très spécial, joué à huis-clos après les fameux événements du 21 novembre. Si l’OL n’a pas fait une entame de match optimale (c’est peu dire), les joueurs ont su se remobiliser pour l’emporter 2-1, grâce à un Shaqiri bouillant (pour un de ses 3 seuls bons matchs de la saison) qui a été décisif sur 2 buts dans le même match pour la première fois depuis décembre 2018 (oui oui). En parallèle on a eu droit à un collectif, pour une fois, très soudé sur le terrain. 

OL - OM : saison 2021 - 2022 de Ligue 1
FC Porto - OL : Europa League 2021 - 2022

Dispensé des 16e de finale grâce à sa première place en phase de groupes, l’OL a tiré un des plus gros clubs possibles en 8e : le FC Porto. Dans la peau de l’outsider, Lyon s’impose au Portugal, dans un match animé par les interventions de la VAR. Si le but à l’extérieur n’existe plus, ça a psychologiquement fait beaucoup de bien. Une première victoire française à Porto depuis 1971, on prend ce qu’on peut !

Le dernier match référence de cette saison. L’OL humilie l’OM dans son jardin, grâce à une prestation XL des Gones, à l’image de Lukeba. On pensait à ce moment-là qu’on était complètement relancé dans la course à l’Europe, avant de perdre sur la pelouse de Metz le week-end suivant (nous sommes l’Olympique Lyonnais j’vous disais). A défaut de se qualifier pour la Champions League que l’OM jouera la saison prochaine, on a remporté les deux olympicos !

OM - OL : saison 2021 - 2022 de Ligue 1

J’aurais également pu parler de la victoire 2-0 contre Monaco lors de la 10e journée, ou encore de celle contre Nice sur le même score lors de la 24e journée, qui ont été de très belles performances cette saison.

un goût amer et des regrets ...

S’il y a bien une chose qui fait mal, plus que la 8e place, c’est la distance qui nous sépare des places européennes. Alors que l’OL a fait une saison purgesque, il échoue à seulement 8 points de la Champions League, mais surtout, à 5 misérables points de l’Europa League. Ces 5 points étaient plus qu’à la portée des joueurs, que ce soit lors du match contre Clermont, celui à Nice ou encore celui à Saint-Etienne. Une statistique « intéressante » illustre encore plus la capacité de l’OL de ne plus être assez focus en fin de match : sans temps additionnel, l’Olympique Lyonnais aurait terminé 4e de Ligue.

Mais on ne refait pas le passé et il ne reste actuellement plus qu’une seule chose à faire : regarder droit devant.

... mais beaucoup de choses encourageantes pour la suite

Tout n’a pas été horrible cette saison, LOIN DE LÀ. En plus des matchs dont je vous parlais un peu plus haut, il faut surtout souligner l’impact de nombreux joueurs, qui seront là (à 95%), la saison prochaine. 

Maxence Caqueret : prolongé à l'OL jusqu'en 2026

En tête de gondole : Maxence Caqueret. Le petit prince de Vénissieux a prolongé jusqu’en 2026 et sera sans doute au cœur de la nouvelle équipe. J’espère de tout cœur qu’il récupèrera le brassard de capitaine, ce qui serait plus que logique.

L’OL peut également se reposer sur une colonne vertébrale solide, composée de Lopes, Lukeba et Diomandé. Notre gardien a sorti une grosse saison et sans lui, on serait sans doute 2-3 places plus bas dans le classement. Castello Junior Lukeba quant à lui, a profité de nombreuses blessures des autres défenseurs centraux pour s’imposer en véritable patron à seulement 19 ans. Sinaly Diomandé de son côté, a malheureusement connu une grosse blessure, mais son début de saison était plus que costaud et il sera une pierre angulaire la saison prochaine.

Parlons de Malo Gusto, qui a montré une progression assez rapide cette saison. Certes, il a encore beaucoup de déchets et a coûté quelques buts à l’OL, mais comment lui en vouloir à son âge, en voyant à quelle vitesse il a été jeté dans le grand bain.

Si Romain Faivre doit encore faire ses preuves, il n’y a aucun doute sur son futur rôle clé dans l’équipe, sans doute au poste de numéro 10 et de chef d’orchestre. On pourra également compter, enfin, sur le retour de Jeff Reine-Adélaïde, qui pourra grandement aider au milieu de terrain.

Pour finir en parlant de l’attaque et de nos baby-gones, Rayan Cherki et Bradley Barcola vont avoir leur carte à jouer, sans doute en alternance. Il y a de grands espoirs placés en haut et Cherki, revenu de blessure, pourrait rentrer dans une autre dimension.

En parallèle, il faut également rappeler que nos jeunes ont remporté la Coupe Gambardella cette année. Il y a de petites chances que certains de ces joueurs obtiennent un peu de temps de jeu en pro pour la saison à venir, ce qui est une très bonne chose.

Les jeunes de l'OL remportent la Coupe Gambardella 2021 - 2022

Un mercato estival qui s'annonce mouvementé

Avoir une base solide avec les joueurs que l’on vient d’évoquer, c’est bien. Mais ces derniers sont pour la plupart très jeunes et surtout, ne sont pas 11 pour constituer une équipe complète.

Pour commencer par les départs, il risque d’y en avoir pas mal. En plus de Denayer en fin de contrat, il y a fort à parier que Lucas Paquetá, Houssem Aouar ou encore Karl Toko-Ekambi vont quitter le club. Emerson et Ndombele, prêtés à l’OL ne vont également pas rester.

Il faudrait idéalement se séparer de Tino Kadewere, mais après la saison catastrophique qu’il a proposée, le prêter semble être la seule option. Même chose pour Léo Dubois, qui n’a plus rien à faire à l’OL.

Certains voudraient voir Thiago Mendes et Moussa Dembélé quitter le club, mais je préférerais les voir rester. Le premier cité peut jouer au milieu, mais également dépanner en défense centrale. Le second, même s’il joue avec des Timberland aux pieds la moitié des matchs, semble être le mieux placé pour occuper la place de numéro 9 à l’OL. En cas de départ, on sait ce qu’on perdrait, mais pas ce qu’on gagnerait à la place.

Pour ce qui est des arrivées, le chantier est assez vaste. Il va falloir un défenseur gauche titulaire et un ailier gauche titulaire. Si Tetê ne reste pas, il faudrait un joueur de couloir supplémentaire et bien évidemment, une doublure à Dembélé s’il reste. Derrière, il faudra également du renfort, que ce soit en défense centrale, mais aussi du côté droit.

Mais nous avons un gros problème : qui recruter alors qu’on ne jouera aucune coupe d’Europe ?

Si je n’ai pas spécialement fait d’étude de marché (pour éviter d’être déçu), je verrais par exemple bien Terem Moffi ou Sékou Mara en temps qu’attaquant de pointe bis. Chercher Jérôme Roussillon pour le titulariser derrière à gauche pourrait être un bon pari (comme le jambon), à un prix raisonnable. On pourrait aussi évoquer le nom de Birger Meling, entre autres.

Qui met-on en défense centrale pour consolider le tout ? Peut-être trouver un bon numéro 6 efficace pour pas trop cher ? Des questions que je n’ai pas spécialement envie de me poser et je préfère laisser le temps faire son œuvre.

Pour terminer, il faut également parler du cas Peter Bosz. Si l’on compare aux dernières saison, force est de constater que certains ont été virés pour moins que ça. Mais se séparer de Bosz maintenant n’est sans doute pas la bonne solution. Je reprends mes propres mots énoncés lors du cas Dembélé : on sait ce qu’on perd, mais pas ce qu’on gagne. Son départ forcerait le groupe à repartir de zéro, ENCORE UNE FOIS. On sait qu’il aime laisser des chances aux jeunes joueurs, qui seront sans doute au centre du projet lors de la saison 2022 – 2023, donc laissons le aux commandes.

Peter Bosz : entraineur de l'OL

Les prochaines semaines vont être décisives et c’est peu dire. En plus des joueurs et de l’entraineur, énormément de choses sont en train de bouger du côté des hautes instances. En partant de la présidence de Jean-Michel Aulas jusqu’au potentiel nouveau directeur sportif, en passant par les scouts, les nouveaux investisseurs ou encore Vincent Ponsot, le passage à la saison prochaine risque d’être central dans l’histoire du club, à moyen terme.

Rasons le plus de choses possibles et laissons les clés à la jeunesse. On ne pourra de toutes façons pas faire pire que cette saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.