Swtch

Riverdale : Pourquoi j’ai continué à regarder ?

Riverdale banniere

Après 6 saisons à regarder Riverdale, j’ai largement eu le temps d’apprécier la stupidité de cette série. En attendant la dernière saison, je me suis demandé pourquoi j’ai continué à regarder Riverdale, alors que franchement, c’est nul. Pourtant, je sais très bien que je vais regarder la prochaine saison quand elle sortira ! Du coup, dans ces quelques lignes, je vais faire le point. C’est un peu pour m’expliquer et un peu pour me trouver une excuse.

Attention, je vais spoil un peu ! J’dis ça dans le doute, si jamais quelqu’un est du genre à s’infliger les 6 saisons maintenant…

Les gros défauts de Riverdale

J’espère que j’ai exprimé assez clairement que la série est subjectivement plutôt nulle et pourtant, je suis du genre super bon public. Il est temps de m’expliquer :

Le scénario

Le scénario n’a aucun intérêt. L’histoire oscille entre un empilement de problématiques pas crédibles (surtout pour des gamins en seconde) et des moments au contraire bien trop légers pour la situation. Hop j’en improvise un : “nos amis sont morts, tu sais ce qu’on devrait faire ? Une soirée mousse dans mon casino clandestin”. Toujours dans la démesure, on finit par s’habituer.

Les relations entre les personnages ne sont pas très variées et fluctuent aussi comme un yoyo. Chaque trahison est rapidement oubliée. Par exemple, si je vous dis qu’un personnage principal a une relation conflictuelle avec ses parents, et qui après des dizaines de coups fourrés des deux côtés, continue de pardonner à son parent parce que “les liens familiaux sont plus forts que tout”. On sait très bien que dans 20 minutes, le parent va refaire un coup de pute, voire carrément essayer de tuer un ami. Vous voyez le tableau ? Bah ça décrit tout autant Veronica, Betty, Jughead et Cheryl. On peut même l’appliquer aux deux parents des deux premières. Ça devient surprenant tellement c’est prévisible.

Riverdale Hiram
Véronica, ton père a manipulé puis a voulu tuer ton petit ami. POURQUOI TU LUI PARDONNES ?

Le jeu d’acteur

Ensuite, la plupart des acteurs sont… de mauvais acteurs. Leur jeu est vide et la mise en scène ne les aide pas. Aucun personnage n’évolue (à part peut-être Cheryl qui devient une « gentille » mais qui reste une sacrée pé+¤$$e) et aucun acteur ne fait évoluer son jeu, même après une ellipse de 7 ans. À force de mettre des cliffhangers de partout, surjoués par des clichés ambulants, on s’habitue presque. 

Le style de la série et les directives qui leur sont données y jouent peut-être pour beaucoup, c’est vrai. C’est avant tout une série pour ados ou jeunes adultes. Je pense sincèrement que dans un autre cadre, certains acteurs pourront faire du très bon travail.

Le cringe

Pour finir, le résultat de tout ça : la série est malaisante du début à la fin. De manière inégale peut-être, mais plus parce qu’on s’habitue que parce que la qualité varie. Je pense que je ne pourrais pas regarder cette série avec quelqu’un. Elle est si gênante qu’elle a réussi l’exploit de m’avoir provoqué un fou rire de cringe pour le premier épisode. C’est une absence de subtilité mélangée à des situations improbables. En plus, les personnages se prennent bien trop au sérieux quand il ne faut pas, ou pas assez lorsqu’il le faut.

Et devant l’écran, il y a moi, souvent interloqué par ce que je regarde, mais je dois bien l’admettre : j’ai regardé la série et je regarderai la fin.

Pourquoi j’ai commencé Riverdale ?

Il y a deux raisons qui ont fait que j’ai regardé Riverdale. Déjà, je venais de finir Les nouvelles aventures de Sabrina. C’est une autre série du même style. Elle est mieux jouée, avec un meilleur scénario et a surtout une direction artistique superbe. Je vous la recommande même, ne serait-ce que pour essayer ! 

Il se trouve que j’adore l’actrice qui joue Sabrina, un peu comme on craque pour une star. Pour certains c’est Selena Gomez, pour moi c’est Kiernan Shipka. Une fois que la série sur Netflix était finie, je pensais ne plus jamais voir le personnage. J’ai vu sur l’Instagram de l’actrice que Sabrina revenait dans la sixième saison d’une autre série : Riverdale. D’où mon intérêt pour celle-ci, malgré le fait que je devais alors regarder cinq longues et moyennement intéressantes saisons sans voir apparaître Sabrina.

Riverdale Sabrina
Oui j'ai maté 5 saisons pour voir Sabrina 20 minutes.

Un jour où je venais de me faire int sur League of Legends, j’avais envie de regarder un programme simple, sans réflexion aucune : c’était l’occasion parfaite pour commencer Riverdale. Je ne m’attendais pas à ce que ça soit si gênant et j’ai pensé ne jamais lancer l’épisode deux… Jusqu’à ce que je me refasse int sur League of Legends, ou que je passe une mauvaise journée. Et finalement, bah après une poignée d’épisodes, j’y ai pris goût ! En fait, je suis venu pour Kiernan Shipka et je suis resté parce que c’est un très bon programme pour ne plus tilt sur League of Legends. Je suis sûr que vous pourrez trouver votre propre raison !

Les bons points de Riverdale

C’est donc le premier bon point de Riverdale : quand j’ai passé une mauvaise journée, j’aime bien regarder un truc simple devant lequel je peux débrancher mon cerveau. De ce point de vue, Riverdale a toutes les qualités ! Simple à comprendre, le scénario est nul, mais tant pis. Le surjeu des acteurs devient presque une qualité quand je ne regarde que d’un œil. C’est devenu mon plaisir coupable.

Le deuxième avantage, euh, bah Kiernan Shipka en fait. Bon ça ne compte probablement que pour moi, je ne suis pas objectif. En plus on n’a vu Sabrina que genre 30 minutes dans la saison 6. Avec du bol elle sera là pour la septième et dernière saison… Je suis le dindon de la farce.

Bref passons à un vrai argument cette fois. La série regorge d’idées sympas et d’événements imprévus. Parfois, ça n’a aucun sens, mais au moins, ça donne du spectacle ! Et parfois, c’est bien vu, comme par exemple, quand à plusieurs reprises, les personnages participent à une comédie musicale pour le lycée. Les épisodes correspondants deviennent réellement des épisodes de comédies musicales jusque dans la forme. C’est un exemple de mise en scène qui, pour une fois, est très bien senti.

Riverdale comédie musicale
Je trouve ça vraiment sympa quand le fond change la forme de Riverdale le temps d'un épisode

Riverdale renouvelle son style

L’autre bonne idée à mes yeux, c’est le changement de style qui s’opère à chaque saison. On reste cependant toujours sur une base d’enquêtes. La première saison plante le décor avec une classique enquête policière, la deuxième saison fait intervenir un tueur en série et devient donc une chasse à l’homme. La troisième saison tombe dans la série d’horreur avec un mystérieux jeu de rôle sectaire. La quatrième série est un vrai thriller de suspense avec des flash-forwards bien sentis (c’est la seule saison que j’ai trouvé « bien »). La cinquième saison place une ellipse et fait intervenir des problématiques plus sociales avec des adultes. Ce n’est plus vraiment une lutte contre un criminel ou un meurtrier, mais plutôt une lutte politique.

Enfin, pour la sixième saison, les personnages deviennent carrément des super-héros. Oui oui, ils gagnent des pouvoirs dignes des x-men et font appel à Sabrina.

Chaque saison de Riverdale a donc sa particularité, qui, sans cacher la stupidité du scénario, vient quand même apporter son lot de nouveautés et de fraîcheur. En clair, c’est très consciemment que j’ai regardé cette série nulle, pour passer le temps et me détendre. Je ne pense vraiment pas qu’elle aspire à mieux : elle joue son rôle.

Anecdote Riverdale BONUS

Anecdote bonus pour la culture G : Riverdale et Les nouvelles aventures de Sabrina sont en fait tirés des comics books Archie Comics datant de 1941. Ces histoires racontent d’abord les aventures d’Archie Andrews, un lycéen tout à fait normal, ce qui dénote de tous les comics de super-héros qui sont à la mode à l’époque. Petit-à-petit, les autres personnages font leur apparition, Betty, Véronica, Sabrina, Josie et les pussycats, etc. Les personnages très caricaturaux sont donc tirés d’un style d’écriture déjà caricatural !

De plus, avec le succès de la maison d’édition Archie Comics vient une série animée et la création d’un groupe de musique dont vous connaissez peut-être la chanson phare Sugar Sugar, qui a vraiment été un tube à sa sortie en 1969.

plus d'articles séries

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.