Swtch

Mon problème avec Michael Scott dans The Office.

Michael Scott Bannière de The Office
Attention avis impopulaire : je n’ai pas aimé le personnage de Michael Scott dans The Office, tellement je le trouve peu crédible. Ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas drôle ou que la série est mauvaise, au contraire ! Je vais donc vous expliquer sur cette page mon problème avec Michael Scott dans The Office.

Les abrutis dans les films, c’est marrant. La pop culture regorge d’exemples de personnages complètement stupides pour nous faire rire, et on adore ça. Le décalage hilarant du ridicule que ces personnages provoquent nous permet à nous, spectateurs, de nous moquer sans nous sentir concerné. Je suis plutôt un adepte de ce genre de comique, me régalant derrière des Dîner de Cons, des OSS 117 ou autres Tais-toi. Sans surprise, un jour, à force de voir passer des extraits ou des memes de The Office, j’ai commencé cette série. Et là, c’était le drame : assez vite, j’ai été gavé. J’ai tout simplement fait une overdose de Michael Scott. Pas parce qu’il n’est pas drôle, c’est évidemment l’un des personnages les plus drôles de la série ! Je pense plutôt qu’il enchaîne trop de choses gratuitement borderlines sans aucune conséquences alors qu’il devrait y en avoir. C’est plus crédible, ça ne colle pas, et du coup ça m’a sorti de la série pendant la quatrième saison.

Heureusement, j’ai vu passer une autre série qui joue aussi sur la stupidité de ses personnages, et qui cette fois-ci ne m’a pas fait le même effet : j’ai nommé It’s Always Sunny In Philadelphia, que je raccourcirai par IASIP. Je me suis rendu compte que les actions de Charlie, Mac, Dennis et Deandra (j’ai pas encore vu toute la saison 2 donc je ne vais pas m’avancer sur Frank) sont toutes aussi borderline que celles de Michael Scott, voir bien pire car souvent intentionnelles. Pourtant, ça passe bien mieux à mes yeux niveau crédibilité. Du coup j’ai réfléchi un peu, et je vous fais part ici de mes réflexions en comparant trois œuvres ayant des abrutis finis en rôles principaux : The Office, OSS 117 et IASIP, et pourquoi je n’ai pas cette même impression d’incohérence qui me sort du visionnage concernant les deux derniers.

Le problème de Michael Scott

Commençons par décrire Michael Scott. Bon, c’est une andouille, un grand enfant qu’apparemment personne n’a cru bon d’éduquer. En conséquence, il n’a aucune idée de comment se comporter en société. Il est très susceptible, dommage parce qu’à pas mal de reprises, il est rappelé à l’ordre. Ces rappels à l’ordre sont bien inutiles étant donné qu’il n’apprend JAMAIS de ses erreurs. Il est persuadé d’avoir raison et je n’ai pas le souvenir de voir le personnage évoluer, dans les trois premières saisons tout du moins. Le pire, c’est qu’il est plein de bonne volonté et réfléchit souvent avant de parler, mais c’est pas pour autant qu’il est pertinent dans les faits.

En clair, c’est le profil parfait pour ne pas être un manager, une figure anti-charismatique qu’aucun employé ne devrait respecter. Même s’il n’a pas conscience des énormités qu’il débite en continu, il est constamment en train de gaffer sur le sexisme, l’homophobie, le racisme, et j’en passe. Ses qualités ne compensent pas du tout ses tares.

Jusqu’ici, c’est un abruti normal, il y en a d’autres, tout est normal. Là où ça bloque à mes yeux, c’est qu’un tel personnage devrait immédiatement être renvoyé, viré, basta. Ses supérieurs, Jan Levinson en premier, ont bien vu qu’il était problématique, ils passent leur temps à lui faire des rappels à l’ordre, alors pourquoi ils n’agissent pas ? N’importe qui ferait un meilleur manager que Michael Scott, et des personnages tels que Jan et David, présentés comme compétents, ne peuvent pas laisser passer ça.

Michael Scott me provoque cette tête
Michael Scott me provoquait ce niveau de gêne avant que je ne décide d'arrêter la série.

C’est déjà un problème en soit, mais il y a un autre souci de cohérence sur Michael Scott. Parfois, c’est rare, mais ça arrive, parfois, il devient hyper pertinent. Il a le mot juste, il est inspirant, ce qui prouve selon moi qu’en fait il a tout compris de la situation dans laquelle il est. Par exemple, dans la saison 2 épisode 11 : “La Croisière Bibine” (The Booze Cruise), où il conseille à Jim de s’accrocher à Pam malgré ses fiançailles. Il n’est clairement pas aussi bête qu’il ne le laisse penser. Et du coup, s’il n’est pas si bête, toutes les fois où il est vraiment bête, fatalement, c’est qu’il devait faire exprès. Il n’est donc pas bête, maintenant c’est un connard. Et j’ai beaucoup plus de mal à rire d’un possible connard, image qui me reste en tête.

Bon, je sais bien que Michael Scott n’est pas un mauvais personnage. Il n’est pas du tout écrit pour ça, mais ça a suffit à me frustrer. Finalement, j’ai lâché la série à cause de ces moments de rédemptions, donc des moments où j’ai l’impression que je suis censé gagner de l’affection pour le personnage. Alors que je me régale de best-of The Office sur Youtube. Dans la même idée, j’ai aussi fini par beaucoup moins aimer le personnage de Barney Stinson dans How I Met Your Mother.

L'impunité d'OSS 117

Passons à d’autres abrutis mieux réussis à mes yeux. J’ai nommé pour commencer Hubert Bonisseur de La Bath, dans OSS 117 : Le Caire, nid d’espions. Lui aussi est stupide, mais il est aussi arrogant, en complet décalage avec la réalité temporelle dans laquelle il vit, et puis aussi depuis laquelle le spectateur regarde. Il est très sûr de lui, et pour cause, il est étonnamment compétent vu que toutes ses missions réussissent. Il n’a donc pas de raison de se remettre en question. Comme il le dit lui-même : “Il est très bien le monde, pourquoi changer ?”. Sachant que Hubert, c’est le cliché parfait de la France dans les années 50. Le film se moque en fait de cette France, avec beaucoup d’autodérision. Cette autodérision rend beaucoup plus acceptable les comportements problématiques du héros, clairement pointés du doigt.

Et une fois encore, tout le monde (hors France), est systématiquement choqué par le comportement d’Hubert, et le fait remarquer soit visuellement, soit en lui disant en face. Contrairement à Michael Scott, OSS 117 apprend de ses erreurs. Bon, pas beaucoup, pas souvent, certes, mais il fait un premier pas à plusieurs reprises, ce qui est déjà mieux.

De toute manière, ses supérieurs sont aussi cons que lui, alors pourquoi se plaindre du comportement d’Hubert ? Il va même leur téléphoner en pleine mission pour raconter la dernière blague qu’il a imaginée, donc aucun risque de se prendre un blame. Surtout qu’encore une fois, OSS 117 est extrêmement efficace comme espion ! Il n’y a donc pas de risque qu’il perde sa position dominante. C’est cohérent. Si vous voulez une description plus poussée et subtile d’OSS 117 par des gens sacrément talentueux et instruits, je vous conseille cette vidéo de la chaîne Youtube Calmos.

Les losers assumés d'It's Always Sunny in Philadelphia

Enfin, IASIP fait interagir 4 puis 5 héros dans un groupe d’amis de l’enfer où chacun a de sérieux problèmes de comportement. S’ils se démarquent à leurs manières (Mac n’a littéralement aucune éthique, Charlie est encore plus pathétique, etc.) tous ont grosso modo les mêmes tares : ils sont à l’ouest socialement, sont de bons gros loosers et sont incapable de prendre la bonne décision moralement. Voire même certains font exprès de faire des choix douteux parce qu’ils sont sacrément égoïstes. Tout l’intérêt de la série semble être de regarder ces demeurés dans des situations risquées aux dérapages probables, quand soudain PAF, devinez quoi ? et bien ça dérape grave.

Et je trouve que ça dérape même souvent plus qu’avant, parce qu’ils ont souvent conscience de ce qu’ils font, mais ils n’en n’ont riiieeeen à carrer. Ils sont dans leur délire, font leurs bêtises, mais contrairement à The Office ou OSS 117, là, ils échouent systématiquement dans leurs plans. Les quelques personnages récurrents hors héros s’avèrent eux aussi souvent profiter de la stupidité du petit groupe pour leur propre profit. Donc des gens stupides qui font des trucs stupides avec un résultat mauvais dont ils sont les premières victimes, tout est normal.

Autre élément intéressant, ils n’ont aucune limite parce qu’ils n’ont personne de qui répondre. Ils travaillent tous dans le bar qu’ils possèdent alors ils peuvent bien faire toutes les bêtises du monde, tant que ça n’a pas de conséquences graves sur d’autres personnes qu’eux-mêmes. Ainsi, ça ne pose pas de problème à mes yeux.

Michael Scott, les conséquences du gang retombent sur eux-mêmes
Ils sont tous inoffensifs, sauf envers eux-mêmes.

Michael Scott n'est pas assumé

Finalement, OSS 117 et IASIP ont fait deux choix différents pour régler le problème de responsabilité que rencontre Michael Scott dans The Office. Dans le premier, Hubert ne trompe personne quant à son caractère, mais il est efficace et ami avec ses supérieurs, donc il ne craint aucune représailles. Dans le second, à nouveau les héros sont clairement des andouilles, mais au mieux les gens s’en fichent, au pire ils en profitent. C’est plutôt crédible au final…

Ce qui m’a saoulé avec Michael Scott dans The Office, c’est donc cette ambiguïté entre le cadre très sérieux d’une entreprise et le fait que le personnage principal n’en a rien à faire des règles de sa propre série. À un moment, il faut assumer son choix.

Plus d'articles musique

2 commentaires

  • Je pense pas que Michael soit pas assumé. D ailleurs les autres persos de la serie sont aussi horribles (mas moins souvent), comme Angela qui tente litteralement de tuer quelqu un, ou Jan la supérieure de Michael qui est super toxique envers lui et devient à moitié folle a la fin.

    Pour moi la serie est comme ca pour montrer que les gens ordinaires ont tous des défauts mais que l important c est de faire du mieux qu on peut avec ce qu on a.

    Mais je suis d accord que ca manque de cohérence (moi ce qui me gene surtout c est que c est tourné comme un documentaire alors qu il y a plein de situations ou c est pas possible)

    Ps : dans its sunny in philadelphia le perso s appelle Frank, pas Franck 😜

    Répondre
    • Mb, le nom de Frank est corrigé, merci de la remarque !

      Par « pas assumé », j’entends qu’il a des moments de rédemptions qui contredisent des événements de la série, ici la stupidité de Michael n’est à mon avis pas assumée parce que parfois, il n’est plus stupide. C’est pas forcément une mauvaise idée, ça ne posera pas de problème à certain, mais ça en a posé pour moi.
      C’est vrai que la Dundler Mufflin Company a de sacrés zinzins… Ça explique pourquoi il est toléré par certains employés, mais ça n’excuse pas tout selon moi !

      Encore une fois, je comprends tout à fait que pour beaucoup de personne, mon avis reviendrait à du chipotage !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *