Swtch

La signification de J’ai demandé à la Lune

Bannière J'ai demandé à la Lune signification

Quand j’écoute régulièrement une chanson, j’aime bien aller rechercher ce qu’elle signifie. Je veux comparer ce que j’imaginais avec le vrai sens des paroles. C’est mon petit hommage au travail du groupe, ou peut-être un remerciement pour le bien qu’il me procure. Dans ces cas-là, je fais comme tout le monde, je vais sur internet, je tape le nom de la chanson + signification et je lis le premier résultat qui tombe ou sinon Wikipedia. Il y a quelque temps, j’ai donc décidé de chercher J’ai demandé à la lune, d’Indochine et… il n’y avait pas grand chose de solide à me mettre sous la dent, surprenant pour un tel tube du répertoire français. En clair, personne ne connait la signification de J’ai demandé à la Lune ! Et ensuite, mon cerveau a dérivé sur ces quelques lignes que vous lisez.

Mémo sur j'ai demandé à la lune

Attendez, je vous fais un petit rappel sur cette chanson : J’ai demandé à la lune est le cinquième titre du neuvième album studio d’Indochine : Paradize, sorti en 2002. L’album est un immense succès, disque de diamant, et il relance le groupe après un passage à vide dans les années 90. Il a gagné sa place dans mon top 5 albums favoris, je vous le recommande donc évidemment !

Et un titre s’est particulièrement démarqué : J’ai demandé à la lune. Elle passe en boucle sur les radios, single de diamant aussi, et des années plus tard, elle s’apprend encore dans les écoles. Maintenant forcément, cette musique, tout le monde la connait. C’est clairement une des chansons cultes de la décennie, qui a su se hisser à la première place en France en réunissant des générations. La balade a envoûté toute la France, alors qu’elle n’a pas été écrite par Nicola Sirkis, chanteur et guitariste du groupe, mais par Mickaël Furnom, le leader de Mickey 3D, et qu’elle n’était que la face B du single Punker !

La signification de j'ai demandé à la lune

Mais alors comment ça se fait que je ne trouve pas d’explication claire et simple sur peut-être la musique la plus connue du groupe ? J’ai bien trouvé plusieurs explications, par des gens probablement très sûr d’eux, mais elles sont toutes différentes ! La plus simple c’est que ça parlerait d’amour, bon c’est pas très compliqué à imaginer c’est le cas pour la moitié des chansons qui existent. Ici, ça serait la fin d’une relation amoureuse laissant le protagoniste perdu, selon salombo06.

Et toi et moi
On était tellement sûrs
Et on se disait quelquefois
Que c’était juste une aventure
Et que ça ne durerait pas

Sinon, on peut imaginer (une fois de plus à tord) comme Alliterascience sur sa chaîne Youtube que la chanson décrirait la situation du groupe. Il explique que la lune représenterait les producteurs de musique, le soleil représenterait les médias, et les brûlures la mauvaise passe dans laquelle Indochine se trouve avant la sortie de l’album. Franchement bien vu, je trouve que ça colle pas mal du tout sur toute la chanson ! Les producteurs seraient alors les méchants de l’histoire, délaissant le groupe car has-been depuis quelques années déjà.

J’ai demandé à la lune
Et le soleil ne le sait pas
Je lui ai montré mes brûlures
Et la lune s’est moquée de moi

J’ai demandé à la lune
Si tu voulais encore de moi
Elle m’a dit « j’ai pas l’habitude »
« De m’occuper des cas comme ça »

Bien sûr, il y a des gens qui pensent que ça serait une chanson sur la maladie de l’enfant-lune (maladie qui rend hyper sensible aux rayons du soleil à cause d’un problème de pigmentation), ou cherchent un sens à l’enfant que l’on voit sur le clip. En réalité, cette fille (il s’agit de Pauline Léonet, fille d’un pote de Nicola Sirkis, leader du groupe) accompagnait juste son père aux studios d’enregistrement quand le déclic se fait pour Indochine. Comme la musique ressemble à une comptine, et si on faisait chanter une enfant ?

Bref je m’arrête là, chacun y va de son avis et personne n’a le bon.

Personne n’a le bon parce que si on écoute directement Mickaël Furnon lors d’un reportage sur BFM TV en 2018, le doute n’est plus permis. Je cite “J’ai demandé à la lune, qui n’a pas vraiment de signification si ce n’est un peu de poésie.” Il n’y a pas de signification cachée donc.

Bon bah voilà, c’est clair, il n’y a pas de sens, fin de l’histoire !

On s’en fiche de la signification

Hepepep j’ai encore des trucs à dire moi ! La chanson n’a pas de vrai sens, mais on s’en fiche. On s’en fiche parce que ce tube a touché toutes les générations et parle donc à énormément de personnes. L’innocence et la douceur (la bande démo ne comportait qu’une guitare et chant) laissent libre court à l’interprétation. Chacun peut chanter la mélodie et se l’accaparer. Moi, je pense que si quelqu’un trouve un sens particulier dans une chanson, que ça lui parle et peut-être l’aide dans sa vie, la rendant meilleure, alors tant mieux et le sens véritable n’a aucun intérêt.

Cette évidence m’a frappé il y a peu, en lisant les commentaires du clip d’ « Un singe en hiver » sur Youtube. Mini aparté sur cette chanson, (tout petit sinon vous allez décrocher) : C’est ma préférée de l’album Paradize qu’elle conclut. Elle est incroyable, je l’adore, surtout la version studio, à tel point qu’elle m’a motivé à l’apprendre au piano. Elle a été écrite par Jean-Louis Murat, un pote de Rudy Léonet, (donc-le-papa-de-Pauline-tout-est-lié), et n’a pas eu autant de succès que J’ai demandé à la lune, malheureusement pour moi qui aurait bien aimé découvrir cette musique plus tôt.

Et donc Un singe en hiver, c’est aussi un sens que peu de monde comprend. La première écoute laisse penser que ça parle de la guerre d’Indochine, mais en fait à mon avis ça va plus loin : ça parle de la place de Nicola Sirkis dans Indochine. En effet, c’est le dernier représentant du groupe originel. Je ne vais pas m’étaler plus sur ce titre, si vous voulez en savoir plus voilà une explication détaillée qui me semble convenable sur le site indo-clip.

Merci frédéric

Alors, si ces deux superbes chansons sont mal comprises, mais tout de même appréciées, est-ce si important de comprendre le sens ? J’en reviens au commentaire, que je rejoins totalement et que je cite : 

Hello, Comme tous les textes bien écrits, l’important n’est pas ce que l’auteur a voulu écrire mais ce que le lecteur (ou l’auditeur dans ce cas) reçoit. Il y a certes beaucoup de références, notamment celles au film de Verneuil et à ses personnages, mais aussi à beaucoup de chansons d’Indochine et à la vie du groupe en lui-même. Maintenant, chacun pourra interpréter ces références selon ses propres savoirs, histoire, compréhension et sensibilité, et cette interprétation variera dans le temps, de même pour le croisement des références qui renvoient les unes aux autres. A ce niveau, chaque mot évoque en chacun de nous quelque chose de différent. En résumé, il n’y a pas de clé de décodage universelle pour cette chanson, c’est à toi de trouver la tienne. C’est ce qui fait le propre d’un grand texte : l’abandon par l’auteur et l’appropriation par chacun.

Frédéric

Merci, mais je ne suis pas d'accord, ça vaut peut-être pour certains artistes très contemporains certes qui se contentent de mêler des thèmes et laissent le public se débrouiller avec, mais à mon sens ça frise l'arnaque, sauf si c'est vraiment bien fait, et Rimbaud ou Hugo savent exactement ce qu'ils veulent dire quand ils choisissent tel ou tel mot. Je ne dois pas être fait pour l'art de mon époque…

Une réponse aigrie

Ce n’est pas ce que je voulais dire, certes, Hugo et Rimbaud savait exactement ce qu’ils voulaient écrire mais il n’en reste pas moins qu’à partir du moment où ils ont publié, le texte ne leur appartient plus mais appartient au lecteur (au public), à sa compréhension et à son interprétation indépendamment de ce que l’auteur a voulu écrire. Bref, même s'il y a un sens à chaque chanson, il y a une multitude d'auditeurs différents et chacun n'a pas besoin d'entendre la même chose. C'est peut-être ça qui rend l'art si beau.

Frédéric

C’était évident pour peut-être beaucoup de monde, mais j’avais envie de le redire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.